Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

James Bond : Nos sept chansons favorites de la saga 007

Rien se semble pouvoir résister à Billie Eilish, la jeune artiste américaine propulsée au firmament du show-business depuis son triomphe aux Grammy Awards. Il faut avouer que la star du moment possède un charme évident avec ses tubes qui mêlent habilement le hip hop et la variété internationale. C'est donc avec un a priori favorable que l'on attendait de sa part la chanson illustrant le 25e épisode de James Bond, No Time To Die. Un joli coup de la part des producteurs d'une franchise qui a toujours besoin de rajeunir l'audience de son héros souvent menacé de ringardise après presque 60 ans au service secret de sa Majesté. Billie Eilish coche tous les critères possibles  et pourtant...   .  On avoue une certaine déception à l'écoute de ce No Time To Die, ballade qui entre bien dans les critères de la franchise, mais qui manque singulièrement de relief, d'emphase, de lyrisme... Comme si Billie Eilish qui ne manque pourtant pas d'aplomb, avait été intimidée par un tel monument de la pop culture. Le clip qui vient d'être mis en ligne à quelques semaines de la sortie du dernier Bond (11 novembre si tout va bien) confirme cette atonie. Même si cela semble correspondre à la sombre mélancolie qui nous attend depuis que 007 incarné par Daniel Craig affiche ses tourments sur grand écran. Car le thème de James Bond est un genre en soi avec ses codes difficiles à bousculer. Certaines chansons sont devenues des standards de la pop music, d'autres ont plus ou moins disparu des mémoires...  Dans le fond, il en va des chansons de James Bond comme des films de la saga. De grands classiques, du tout-venant et des ratés...  Surtout, chacun a son avis quand il s'agit de Bond, que ce soit les films, les acteurs, les James Bond Girls, et bien évidemment les chansons. Nous avons sélectionné nos sept chansons préférées de la saga, ceux qui épousent ou bousculent au mieux les impératifs de la franchise la plus sacrée du cinéma mondial. Autant dire que personne ne sera d'accord ou presque ! Tout le charme d'un héros de cinéma qui est bien le seul à réunir toutes les générations et à susciter des discussion sans fin. 

Goldfinger

Shirley Bassey

1964

Sean Connery dans Goldfinger, un James Bond en or

Sean Connery dans Goldfinger, un James Bond en or

C'est le troisième film consacré à l'espion britannique, mais c'est la première chanson de l'histoire de la franchise. Les deux premiers films, Docteur No et Bons Baisers de Russie ont droit à des instrumentaux dont le fameux thème 007 qui tendra par la suite à être de plus en plus discret. C'est John Barry, compositeur le plus emblématique des premiers films, qui écrit la chanson. On peut dire qu'il définit l'architecture musicale du thème bondien fait de violons soyeux, de cuivres ronflants et d'arrangements classiques. La chanson est l'une des plus connues de la franchise avec son introduction mythique. On est moins conquis par le chant de Shirley Bassey qui tient un peu trop de la performance vocale. Mais le genre réclame cette emphase et cette puissance. La chanteuse anglaise détient le record de trois chansons pour Bond avec également Diamonds Are Forever et Mooraker. La chanson accompagne l'évolution de la saga qui, avec Goldfinger, prend une nouvelle dimension plus ludique et plus spectaculaire. Avec Opération Tonnerre, Goldfinger est le meilleur James Bond avec Sean Connery.

We Have All Time in The World (Au Service Secret de Sa Majesté)

Louis Armstrong

1969

Diana Rigg et George Lazemby pour l'épisode le plus romantique de la saga

Diana Rigg et George Lazemby pour l'épisode le plus romantique de la saga

On triche un peu puisque la chanson n'est pas celle qui illustre le générique de cet épisode le plus singulier de la franchise. Au Service Secret de Sa Majesté est le 3e et dernier épisode à avoir un instrumental en ouverture. La chanson de Louis Armstrong intervient au milieu du film et illustre le générique de fin. Une sublime ballade, la dernière chanson enregistrée par Satchmo qui accompagne la romance entre James Bond et Teresa qui deviendra son épouse. Le film est d'autant plus singulier que George Lazenby, mannequin australien, remplace Sean Connery qui ne veut plus endosser la panoplie de 007. Le film est le seul échec commercial de la franchise et pourtant il ne manque ni de charme ni d'action. James Bond qui se marie, un acteur australien pour jouer l'espion anglais, Diana Rigg en Bond Girl suicidaire, une chanson interprétée par un vieux jazzman... Trop c'est trop pour les fans. Aujourd'hui, ce 6e Bond est revu à la hausse, ce qui n'est que justice. C'est l'un de nos préférés !

To Live and Let Die

Paul McCartney

1973

Roger Moore

Roger Moore

Premier film de la saga avec Roger Moore qui se donne des petits airs de blaxploitation avec une partie de l'intrigue qui se déroule dans le quartier de Harlem à New York. Néanmoins, la chanson du générique ne s'aventure pas dans le groove ou le funk. Elle est confiée à Paul McCartney qui, contre toute attente, signe l'une des chansons les plus excitantes de la saga en jouant de ruptures de tons qui en font l'originalité. Une mélodie pop, un pont chaloupé de style carribéen et surtout cet instrumental ronflant qui emporte tout sur son passage. Il faut dire que Live and Let Die profite de la production de George Martin, l'architecte du son des Beatles. Une réussite totale qui en fait l'une des chansons les plus célèbres de la saga. Paul McCartney continue d'ailleurs de la chanter et elle constitue un temps fort de ses concerts. Un sommet remarquable d'autant que la période Roger Moore, malgré un succès considérable, est la plus faible de la franchise, chansons comprises !

The Living Daylights

A-ha

1987

Timothy Dalton, un agent 007 qui mérite mieux que sa réputation

Timothy Dalton, un agent 007 qui mérite mieux que sa réputation

A l'époque, le groupe suédois A-Ha domine les hit-parades mondiaux avec leurs mélodies de pop synthétique. Sur l'opus précédent, A View to a Kill, interprété par Duran Duran avait permis à la saga James Bond de voir sa chanson prendre la tête des hit-parades et de servir de locomotive au film qui souffrait d'un Roger Moore vieillissant. La stratégie est donc la même en engageant A-ha qui doit propulser le nouveau Bond incarné par Timothy Dalton. Et il faut bien avouer que la mayonnaise prend, The Living Daylights se révélant un tube planétaire, mais qui fait également honneur à la série. En démarrant sur quelques notes de synthés, on s'attend au pire et puis la mélodie prend de l'ampleur grâce à un groupe plutôt bien inspiré. Le refrain possède le lyrisme attendu. Pourtant, la genèse du titre sera compliquée, la production demandant à John Barry de superviser la réalisation du titre vexant les musiciens suédois. Mais le résultat répond aux critères que l'on attend, à l'instar de Timothy Dalton, bien meilleur James Bond qu'on le prétend souvent.

The World is Not Enough

Garbage

1999

Timothy Dalton avec Sophie Marceau

Timothy Dalton avec Sophie Marceau

Une bonne chanson peut-il illustrer un James Bond bien moyen ? En l'occurrence, on peut l'affirmer avec cet épisode où Pierce Brosnan croise notre Sophie Marceau. C'est donc le groupe de pop-rock indépendant Garbage qui se confronte au mythe bondien. Avec sa chanteuse Shirley Manson en tête de gondole, le groupe relève très bien le défi en s'écartant de son répertoire habituel tout en conservant discrètement guitares électriques et boucles électroniques. En fait, Garbage applique les codes des James Bond avec une ballade en deux temps. Des couplets lents portés par la voix sexy de Shirley Manson et un refrain qui pousse au lyrisme soutenu par des arrangements grandioses dans la tradition de John Barry. Un mélange subtil de tradition et de modernité qui met tout le monde d'accord. Malheureusement, le titre n'a pas cartonné au niveau qu'il était en droit d'espérer. Dommage. Quant à Pierce Brosnan, on n'a jamais trop accroché, trop second degré comme Roger Moore !

Die Another Day

Madonna

2002

Madonna en guest star du dernier Bond avec Pierce Brosnan

Madonna en guest star du dernier Bond avec Pierce Brosnan

La chanson la plus clivante de toute l'histoire des James Bond. Beaucoup estiment que c'est la pire, la honte absolue pour la franchise. D'autant que le film est également considéré comme une catastrophe, le dernier de l'ère Pierce Brosnan. Un sentiment renforcé par les déclarations récentes de Barbara Broccoli, la productrice de la saga disant que Meurs un autre jour a failli tuer James Bond et qu'il était impératif de le rebooter avec Daniel Craig. Un jugement bien sévère à l'aune des pires épisodes de Roger Moore. Pareil pour la chanson de Madonna qui a le mérite de casser le ronronnement et les codes. Avec son producteur Mirwais, la chanteuse donne un coup de fouet au thème bondien en le bourrant d'arrangements électroniques, de ruptures de tons mais en conservant des cordes sautillantes comme le veut la tradition. Pour aller jusqu'au bout de la transgression, la voix de l'artiste est passée à la moulinette de l'autotune. Au moins, c'est raccord avec le film où Bond possède une Aston Martin invisible. On y entend même London Calling des Clash, c'est dire.... Le Bond le plus borderline de la saga, on garde !

Skyfall

Adèle

2012

Daniel Craig en James Bond tourmenté

Daniel Craig en James Bond tourmenté

On ne va pas se mentir, on adore la chanson qui illustre l'un des meilleurs James Bond de toute la saga. Avec ce film, la franchise devient enfin un véritable objet cinématographique de premier plan réalisé par Sam Mendes. Et la chanson du générique tient une place de choix en s'imposant comme un classique instantané. Tous les codes y sont présents avec ce démarrage sur quelques arpèges de piano sur lesquels Adèle pose sa voix magnifique, le thème de 007 en arrière-plan, le refrain qui s'envole dans le lyrisme pompier jusqu'à son acmé avec choeurs et violons. De toute évidence, la chanson s'impose comme celle qui se rapproche le plus du modèle Goldfinger avec une chanteuse qui possède une maîtrise démente de ses vocalises entre pleins et déliés. De la grande variété pop, un diamant éternel qui remet définitivement James Bond sur les rails avec en bonus un Daniel Craig qui s'impose en 007. Même si Sean Connery garde la côte auprès des gardiens du temple, l'agent secret aux cheveux blonds prend du galon !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article