Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Smell Like Teen Spirit, l'hymne grunge de Kurt Cobain, atteint le Nirvana sur Youtube

Le rock, cette musique qui domina la seconde moitié du XXe siècle, n'a plus trop l'occasion de brandir ses exploits en dehors de la nostalgie qu'elle est encore capable de faire naître. A l'aube de l'année 2020, les anciens jeunes des années 1990 dite de la Génération X ont pu verser une larme en apprenant que Smell Like Teen Spirit, le premier hit du groupe Nirvana venait d'atteindre le milliard de vues sur Youtube. Un trophée virtuel qui pourrait paraître bien dérisoire pour une chanson qui, en son temps, décrocha un record de diffusion sur MTV, la chaîne de télévision qui faisait à l'époque la pluie et le beau temps sur le music business. De plus, Smell Like Teen Spirit, 9e chanson la plus importante de l'histoire de la pop music selon le magazine Rolling Stone, est de fait un tel standard du rock qu'il pourrait apparaître anodin de comptabiliser ainsi les clics qu'elle génère sur le média ultime du second millénaire.

Sauf que les chansons d'avant l'an 2000 qui atteignent ce milliard de vues se comptent encore sur les doigts d'une seule main. On y trouve Bohemian Rhapsody de Queen qui a atteint le milliard de vues l'été dernier et plus étonnant deux titres de Guns N' Roses, November Rain et Sweet Child O'Mine. Pour être complet, on attend en 2020, l'entrée dans ce cercle restreint de Take on Me de A-Ha et Zombie des Cranberries. Pour notre part, on avoue un penchant certain pour ce tube de Nirvana qui conditionna toute une génération au mouvement qu'on appela le grunge dont Seattle fut la capitale. Le grunge était, comment dire, un mix entre le punk et le heavy metal pour l'énergie et de la pop music pour ses mélodies, mais bien plus encore une esthétique de l'existence entre fatalisme et nihilisme, poésie et révolte, énergie et apathie. Et Kurt Cobain en fut sans équivalent possible, sa figure christique dont le suicide en pleine gloire en 1994, clôt sans doute la fin de l'hégémonie du rock sur la culture populaire.

C'est dire si le premier hit de Nirvana prend une part si importante dans la culture du XXe siècle et qu'il est encore capable de rayonner à l'ère numérique. Une petite revanche pour le trio majeur du grunge (Kurt Cobain, Krist Novoselic et Dave Grohl) dont l'importance semblait en cours de dévaluation dans l'histoire du rock. C'est le hit majeur de Nirvana, le premier d'une longue série, locomotive de Nevermind, le second album du groupe. Le titre aurait été inspiré à Kurt Cobain par sa petite amie de l'époque, faisant référence au parfum bon marché Teen Spirit qui plaisait tant aux adolescents de l'époque. Bien difficile à démêler d'autant que les paroles n'aident pas à éclaircir la genèse d'une chanson aux paroles absconses, marmonnées ou hurlées par Cobain. Car le hit se distingue par ses deux tempos significatifs, des couplets lents et un refrain bruyant qui expriment l'esprit grunge entre sentiments d'abattement et de rage.

Le succès de Smell Like Teen Spirit propulse Nirvana au sommet des charts, la chanson se plaçant 6e au USA pendant que l'album Nevermind truste la première place. Contre toute attente, le titre devient numéro 1 en France, ce qui est assez rare dans un pays peu reconnu pour célébrer le rock tape-dur. Kurt Cobain, opposant déclaré à la culture de masse, se retrouve l'auteur d'un tube planétaire pour lequel il n'aura guère d'indulgence et qu'il refusera de jouer en concert à maintes reprises. D'autant qu'il s'impose à l'époque comme le nouvel archange du rock adulé par des millions de fans, mais aussi comme une victime de la presse people qui l'assaille pour son union avec Courtney Love, princesse punk et toxico du groupe Hole.

En ce début des années 90, c'est donc MTV, chaîne musicale à l'audience mondiale qui propulse Smell Like Teen Spirit au sommet, soutenu par un clip vidéo qui critique avec ironie l'esprit adolescent du titre avec pom-pom girls en tenue de deuil devant des lycéens qui finissent par pogoter et tout casser. On retiendra également la version que Nirvana donna au cours du mythique Top of the Pops de la BBC. Obligés de jouer sur une bande, Grohl et Novoselic font n'importe quoi pendant que Kurt Cobain chante d'une voix basse et change les paroles. La prestation assez hilarante se termine en pogo sur scène avec le public. Le tube fera également l'objet de très nombreuses reprises au fil des années.

Pour notre part, on retient la version jazzy qu'en donna le crooner Paul Anka qui tient curieusement bien la route. Et d'autre part, celle du groupe français Shaka Ponk assez clivante qui revisite le tube avec douceur et nostalgie avant une montée en puissance lyrique aux franges du pompiérisme. Au cinéma, le kitschissime Moulin-Rouge de Baz Lurhman en donne une version cabaret mélangée au hit disco Lady Marmalade et la superproduction heroïc fantasy Pan de Joe Wright revisitant la légende de Peter Pan en fait un hymne aux échos révolutionnaires. Pas sûr que Kurt Cobain de son nirvana apprécie que son tube originel fasse l'objet d'autant de ferveur parfois mal placée. Mais qu'il le sache, ce Teen Spirit qu'il moquait et glorifiait en 1991, respire bien un parfum d'éternité.

http://philippelenoir-popculture.com/2019/07/bohemian-rhapsody-de-queen-une-chanson-hors-normes.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article