Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Mötley Crüe annonce son come-back. Le groupe de glam-metal est un hymne à la vie rock'n'roll

Ce n'est pas l'événement musical de l'année, loin s'en faut. Et on aurait pu largement s'en passer. Néanmoins, l'annonce du retour aux affaires du groupe Mötley Crüe nous rappelle à quel point le rock'n'roll n'a pas toujours été une affaire de bon goût. Plus trash, plus crétin, plus destroy que ce quatuor (Vince Neil, Nikki Sixx, Mick Mars, Tommy Lee) de glam-metal tient de l'exploit. Car, a contrario des idole du rock primitif, de la pop, du psychédélique ou du punk qui ont tous eu des ambitions artistiques mêlées à leurs frasques, Mötlley Crüe n'a jamais cherché autre chose à glorifier que le sexe, l'alcool, la drogue, la vitesse... Sans jamais caché son cynisme à toute épreuve, sa misogynie exacerbée, sa bêtise crasse et une violence mal maîtrisée. Le chanteur blond péroxydé, Vince Neil, a été impliqué dans un homicide involontaire au cours d'un accident de voiture où il était défoncé. Le batteur Tommy Lee fut emprisonné pour des violences sur sa compagne Pamela Anderson avec qui il avait tourné une fameuse sex-tape.

Issus de la middle-class white trash, les quatre de Mötley Crüe ont mis toute leur énergie à devenir des rocks stars, écumant dans les années 80, les clubs de Los Angeles avec leur répertoire glam-metal qui célèbre la défonce, les filles, les motos et les tatouages. Leur look s'inspire des stars androgynes du glam rock, de Bowie aux New Yorks Dolls et leur musique du heavy metal à la Black Sabbath avec une touche californienne à la Van Halen. Leurs prestations scéniques d'une folle énergie, leur musique lourde et efficace, leur vie destroy leur permettent très vite de s'imposer, surtout aux Etats-Unis. L'Europe fera toujours un peu la fine bouche sur ce phénomène sex, drugs et rock'n'roll de quatre pantins drivés par un music-business qui voit en eux une machine à cash. Après tout, le groupe a vendu plus de cent millions de disques et a enflammé les plus grandes arènes de la planète à son apogée dans les années 80/90.

Et si son répertoire a toujours été ausculté avec des pincettes, Mötley Crüe est un vrai groupe de musiciens qui a pondu quelques hymnes heavy metal qui ont rayonné au-delà de la sphère des hardos. Ce sont d'ailleurs en grande partie les femmes qui ont fait le succès de Mötley Crüe. D'où le tube Girls Girls Girls qui leur rend hommage à sa manière. Leur meilleur disque est de toute évidence Docteur Feelgood sorti en 1989 où se trouve l'un de leurs standards Kickstart my heart. Et preuve que le Crüe n'est pas qu'une bande de sauvages, il commettra des ballades dont Home sweet home chantée au piano par Tommy Lee. Mais le meilleur du groupe est peut-être à chercher dans la lucidité qu'il a mis dans son autobiographie intitulé The Dirt. Un livre où chacun des quatre musiciens livre sa part de vérité.

Cette autobiographie a fait l'objet d'une récente adaptation cinématographique par le réalisateur Jeff Tremaine. Diffusé sur Netflix en 2019, le film est une sous-variation scorsesienne sur le destin de quatre types bien bourrins qui vont devenir des stars du rock à l'existence décadente. A l'heure des biopics rock consensuels sur Freddie Mercury ou Elton John, ce film possède quelques scènes d'anthologie dont une avec Ozzy Osbourne qui se fait un rail de fourmis au bord de sa piscine. Le film n'évite pas les poncifs, notamment avec une conclusion qui remet chacun des membres du groupe sur le rail des valeurs yankees. Mais on n'avait pas vu une bande de tarés du rock de ce niveau depuis le fameux Spinal Tap de Rob Reiner. Le succès du film a motivé Mötley Crüe à faire son come-back, malgré un accord de cessation de tournées suite à leurs adieux officiels en 2015. Mais ce n'est pas un bout de papier qui va empêcher les fucking Mötley Crüe à se brûler encore les ailes au sein du rock'n'roll circus.

http://philippelenoir-popculture.com/2019/06/les-baisers-d-adieu-de-kiss-au-rock-n-roll-circus-facon-glam-metal.html

http://philippelenoir-popculture.com/2019/07/highway-to-hell-d-ac/dc-l-hymne-de-la-vie-facile-et-libre-du-rock-a-40-ans.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article