Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Hubert-Félix Thiéfaine achève sa tournée des 40 ans à l'Olympia. Un artiste hors des sentiers du show-biz qui a produit des classiques : L'ascenseur de 22 h 43 ; 113e cigarette sans dormir ; Mathématiques souterraines ; Lorelei : Petit matin 4.10 heure d'été

Capable d'afficher complet tout au long d'une tournée pour célébrer ses quarante ans de carrière, Hubert-Félix Thiéfaine se pose pour deux soirs à l'Olympia, les 22 et 23 novembre 2019 pour achever cette odyssée. Dans le même temps, Thiéfaine sort un coffret comportant l'intégrale de sa discographie, soit 17 albums. A 71 ans, le chanteur peut se targuer d'une longévité artistique hors du commun grâce à un public qui s'est toujours renouvelé au gré des évolutions de son répertoire. En revanche, Thiéfaine a toujours été plus ou moins snobé par les médias parisiens comme par l'élite du rock hexagonal. L'artiste franc-comtois est un pur produit de la province, longtemps porté par le réseau des MJC et les journaux locaux. Longtemps idole des babacools seventies avec son premier succès, La fille du coupeur de joints, HF Thiéfaine a beaucoup brouillé les pistes, passant d'un certain folk à la française au rock new wave, de la chanson sous influence Léo Ferré au format pop, ce qui l'a toujours rendu inclassable au pays de Descartes. D'essence libertaire dans la tradition jurassienne, Hubert-Félix Thiéfaine a mené une carrière exemplaire entre Gérard Manset et Alain Bashung. A force de persévérance, même la profession a fini par le reconnaître en lui décernant en 2012 deux Victoires de la Musique. Mais c'est surtout ce public fidèle en région qui lui a donné sa stature de songwriter majeur de la chanson française. Lui qui a rempli l'AccorHôtels Arena va retrouver la chaleur intime de l'Olympia pour parachever son triomphe populaire. Impossible de savoir si l'énergumène anar va se retirer sur les hauteurs de son Jura natal ou s'il va s'offrir une simple pause pour mieux s'adonner à la création. On verra bien. A l'heure des incertitudes marquées par la sortie d'un coffret de ses 17 disques, voici nos cinq chansons incontournables de l'immense répertoire de Hubert-Félix Thiéfaine.

http://philippelenoir-popculture.com/2019/10/alain-bashung-un-geant-de-la-chanson.nos-cinq-tubes-eternels-la-nuit-je-mens-osez-josephine-madame-reve-ma-petite-entreprise-c-est-l

L'ascenseur de 22 h 43 1978

Dans les années 70, Hubert-Félix Thiéfaine joue les histrions de la chanson française tendance folk psychédélique. Si son hit de l'époque La fille du coupeur de joints a pris un sacré coup de vieux, cet ascenseur possède encore beaucoup de charme avec ses paroles amusantes et surréalistes. Pour notre part, on adore cette injonction idiote: « Si ça continue,il faudra que ça cesse ! » Aujourd'hui, ce répertoire seventies de Thiéfaine est jugé avec un brin de condescendance. On avoue que l'artiste sera meilleur par la suite dans un répertoire plus rock. Mais en concert, cette mélodie bien troussée n'a aucune peine à être reprise en chœur par des milliers de spectateurs. Si HF Thiéfaine est un chanteur à succès, il le doit beaucoup à sa première partie de carrière où il était l'un des chouchous du réseau d'éducation populaire des Maisons des Jeunes et de la Culture (MJC). Toute une époque !

113e cigarette sans dormir 1981

C'est la chanson qui marque le virage rock de HF Thiéfaine, une production new wave aux synthés, bien meilleure aujourd'hui en concert, ponctuée par des riffs de guitare électrique. L'artiste se montre surtout un songwriter cinglant avec ce constat amer sur l'état du monde. A se demander même comment des paroles qui ne ménagent ni l'armée, ni la religion, ni la politique seraient reçues aujourd'hui en ces temps troublés par l'intolérance généralisée...L'artiste déconneur se mue en moraliste cynique et désabusé, ce qui lui donne de fait une nouvelle dimension, notamment auprès du public rock qui commence à l'écouter avec attention. C'est bien pour Thiéfaine la fin des utopies soixante-huitardes. Artiste visionnaire, il sent déjà que le nouveau millénaire qui pointe au loin, ne sera pas qu'une partie de plaisir. Un titre majeur dans la discographie de Thiéfaine.

Mathématiques souterraines 1981

On l'avoue, Thiéfaine reste pour nous un artiste emblématique des années 80, celle de ce virage rock où il atteint sa plénitude créatrice,tant au niveau des paroles que des compositions. Cette chanson démontre que l'artiste est un mélodiste de grand talent, un auteur inspiré et un interprète captivant. C'est une chanson qui synthétise à merveille l'univers de Thiéfaine, fait d'un romantisme noir, poétique et fantastique. Cette évocation d'une femme aux illusions perdues qui sombre dans la dépression est typique du nouvel univers du chanteur. Il devient contre toute attente un gros vendeur de disques et remplit des salles de plus en plus vastes. Le phénomène Thiéfaine s'emballe en dehors des circuits médiatiques classiques. Personne ne connaît sa tête, mais tout la jeunesse fredonne cette chanson. Un titre au vrai charme adolescent.

Lorelei sebasto cha 1982

On serait tenté de dire que c'est le premier tube du chanteur franc-comtois, en tout cas celui qui emporte le morceau auprès des programmateurs radio, le média incontournable pour un succès massif auprès du grand public. La mélodie à la guitare donne à cette chanson ce calibrage pop que Thiéfaine tentait de capter en ces années 80. Le refrain est à ce titre une vraie réussite avec ces paroles faciles à retenir : « Lorelei, Lorelei/ J'suis comme cobaye/Qu'a sniffé toute sa paille. » L'artiste a trouvé la martingale du succès pop tout en conservant son mystère surréaliste, sans concession à la facilité. Lorelei, une chanson qui évoque la relation entre une prostituée et son client, possède assez de poésie pour masquer son pessimisme glauque. A ce moment de sa carrière, Thiéfaine peut tout se permettre. Et il le fait en toute intégrité.

Petit matin 4.10 heure d'été 2011

A l'issue de ses fastueuses années 80, Hubert-Félix Thiéfaine va s'imposer comme un artiste essentiel de la chanson rock à la française. Jusqu'à produire à l'excès passant du rock FM à la chanson pop frisant avec la variété. Pour notre part, on admet une certaine lassitude pour un artiste désormais installé dans son univers sans chercher à le bousculer comme le feront Bashung, Christophe ou Daho. Néanmoins, Thiéfaine par intermittence est encore capable de fulgurances comme ce titre époustouflant porté par l'un des plus beaux textes que l'on connaisse. Léo Ferré n'a pas fait mieux pour dépeindre le désespoir d'un homme qui fait le bilan de son existence. Désespérant à souhait sur une musique folk limpide, ponctué d'un harmonica dylanien poignant. Le meilleur de la chanson française, un diamant brut où l'artiste est au sommet de sa grave intensité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article