Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Charlize Theron honorée par Hollywood pour sa filmographie. La beauté inaccessible de Dior montre sa nature humaine au cinéma : The yards ; L'affaire Josey Aimes ; Young adult ; Mad Max Fury Road ; Tully.

Novembre 2019 est le mois de tous les honneurs pour Charlize Theron qui a reçu coup sur coup un prix aux Hollywood Films Award et à la Cinémathèque Américaine. Des cérémonies prestigieuses qui nous interpellent sur la carrière d'une actrice que l'on a tendance à sous-estimer en raison de son image d'icône glamour liée à son incarnation du parfum J'adore de Dior. Son physique hors-norme, sa beauté parfaite font oublier qu'en 25 ans de carrière, la blonde d'origine sud-africaine s'est imposée en actrice bankable, alternant cinéma d'auteur et blockbusters avec une certaine habileté. Pour gagner en crédibilité, elle aura souvent sacrifier sa plastique jusqu'à l'outrance dans Monster, ce film où elle incarnait une tueuse en série lesbienne en ayant pris des dizaines de kilos et en affublant son visage de prothèses en silicone pour s'enlaidir. Une performance qui lui valut l'Oscar de la meilleure actrice en 2004 plutôt méritée, même si on s'interroge sur la volonté de l'Académie de saluer la performance artistique ou physique de Charlize Theron. D'ailleurs, si le film connut un certain succès, il est aujourd'hui oublié et constamment dévalué. En revanche, quand il s'agit d'ausculter la filmographie de l'actrice, force est de constater qu'elle cherche régulièrement à casser son physique spectaculaire de blonde dorée pour fragrance de luxe. La preuve en cinq films parmi ses meilleurs.

 

The Yards James Gray 2000

Charlize Theron honorée par Hollywood pour sa filmographie. La beauté inaccessible de Dior montre sa nature humaine au cinéma : The yards ; L'affaire Josey Aimes ; Young adult ; Mad Max Fury Road ; Tully.

Charlize Theron n'est encore qu'une belle plante, repérée comme la petite amie névrosée de Keanu Reeves dans L'associé du diable et en modèle nymphomane dans Celebrity de Woody Allen. La comédienne qui semble déjà savoir que son physique de blonde sexy risque de l'enfermer, se propose pour jouer Erica dans The Yards, le second film du prometteur James Gray. Malgré un casting écrasant où elle doit affronter Mark Wahlberg, Joaquin Phoenix, James Caan et Faye Dunaway, Charlize Theron teinte en brune tire très favorablement son épingle du jeu. Dans cette tragédie mafieuse et familiale dans le Brooklyn de James Gray, l'actrice sud-africaine démontre une sensibilité, une intériorité d'une admirable intensité. C'est sans aucun doute son premier grand rôle sous la direction d'un metteur en scène qui s'affirmait déjà comme un maître du classicisme. Mais à l'époque, ils étaient peu nombreux à miser sur l'immense talent de Gray. Charlize Theron fut clairvoyante pour donner une nouvelle tournure à sa carrière.

L'affaire Josey Aimes Niki Caro 2005

Charlize Theron honorée par Hollywood pour sa filmographie. La beauté inaccessible de Dior montre sa nature humaine au cinéma : The yards ; L'affaire Josey Aimes ; Young adult ; Mad Max Fury Road ; Tully.

Auréolée d'un Oscar pour Monster, Charlize Theron est désormais une tête d'affiche bankable. Elle se lance dans ce film où elle incarne une mère de famille qui retourne au Minnesota pour fuir la violence de son mari. Engagée dans la mine où travaille son père, elle subit le harcèlement de ses collègues masculins, mais aussi le rejet des ouvrières quand elle décide de porter l'affaire en justice. Le film aurait sans doute mérité un réalisateur plus inspiré comme Steven Soderbergh qui avait réalisé Erin Brockovitch avec Julia Roberts. Sur une trame similaire inspirée d'une histoire vraie, le film a été critiqué estimant que Charlize Theron était trop belle pour incarner une fille white trash qui travaille à la mine. C'est assez injuste, car c'est justement l'intérêt du film de montrer comment une jolie femme en désarroi familial peut subir l'hostilité tant des hommes que des femmes. L'actrice, en ne cherchant pas à s'enlaidir, apporte une crédibilité à son personnage qu'elle interprète avec conviction C'est un film dossier à l'américaine qui privilégie l'efficacité du propos, mais dont le discours féministe l'emporte grâce à une Charlize Theron en osmose avec son personnage.

Young adult Jason Reitman 2012

Charlize Theron honorée par Hollywood pour sa filmographie. La beauté inaccessible de Dior montre sa nature humaine au cinéma : The yards ; L'affaire Josey Aimes ; Young adult ; Mad Max Fury Road ; Tully.

Qui peut croire raisonnablement que Charlize Theron puisse se prendre un râteau quand elle décide de reconquérir son amour de jeunesse dont elle apprend qu'il va devenir papa ? C'est tout l'enjeu de cette comédie douce-amère de l'excellent Jason Reitman qui offre un portrait sensible de l'ancienne bombe du lycée qui revient dans sa petite ville en trentenaire borderline, immature, dépressive et portée sur la bouteille. Avec son affreux cabot dans son sac à main, ses tee-shirts Hello Kitty, sa coiffure fatiguée et ses cernes sous les yeux, Charlize Theron a fait de Mavis l'un des plus beaux personnages de sa filmographie. Car sa force est de conserver assez de méchanceté, de frivolité et d'égoïsme pour parfaire sa panoplie de beauté tête à claques en reconquête de son passé. Le film n'hésite pas à aborder la tragédie d'une femme au bord du chaos intérieur, prête à briser l'harmonie autour d'elle pour exister un peu, pour être aimée beaucoup... Son impression tenace de n'être jamais à sa place, son refus de voir sa beauté se faner, sa vacuité à se rebeller de manière enfantine face à la réalité des adultes, donnent au film une gravité qui fait basculer la comédie vers quelque chose de plus âpre sur la condition humaine. Cette insoutenable lourdeur que le temps fait peser sur les êtres et qui les oblige à fuir leur réalité. Charlize Theron traduit ce sentiment mélancolique avec une véritable acuité.

Mad Max Fury Road George Miller 2015

Charlize Theron honorée par Hollywood pour sa filmographie. La beauté inaccessible de Dior montre sa nature humaine au cinéma : The yards ; L'affaire Josey Aimes ; Young adult ; Mad Max Fury Road ; Tully.

Charlize Theron est devenue une héroïne de films d'action, qui a rejoint la franchise Fast and Furious et s'est distinguée en espionne sexy dans Atomic Blonde. Le déclic est forcément né avec son sublime personnage d'Imperator Furiosa, amazone punk entourée de beautés nubiles dans Mad Max Fury Road, le plus explosif film d'action de ces dernières années. Mutilée, crâne rasée, rage au ventre, Charlize Theron vole la vedette à Max, en incarnant une héroïne, mélange de Ripley dans Alien et de Sarah Connor dans Terminator. Une féminité apocalyptique dans un film quasiment abstrait dont le seul axe est de rouler sur cette Fury Road rendue à la pire des sauvageries. Œuvre d'auteur fulgurante et blockbuster ultime, le film est vraiment porté par l'actrice que l'on découvrait dans son rôle le plus physique. Et c'est peu dire que c'est une révélation, car jamais on n'avait senti Charlize Theron autant en osmose avec son corps. Elle qui avait souvent cherché à occulter le physique pour favoriser sa beauté intérieure, exulte vraiment à se vautrer dans la baston, la vitesse, les explosions et la violence la plus primaire. On ose le dire, Furiosa est l'un de ses meilleurs rôles.

Tully Jason Reitman 2018

Charlize Theron honorée par Hollywood pour sa filmographie. La beauté inaccessible de Dior montre sa nature humaine au cinéma : The yards ; L'affaire Josey Aimes ; Young adult ; Mad Max Fury Road ; Tully.

Charlize Theron retrouve son réalisateur de Young Adult et continue son inlassable transformation corporelle pour lutter contre son image de déesse du glamour. Et autant dire qu'elle ne ménage pas ses efforts dans ce rôle de mère de famille au bord de la crise de nerfs après sa troisième grossesse. Le corps déformé, les seins pressés, le teint cireux, l'actrice exhibe à l'envi les marques de la grossesse jusqu'à qualifier sa silhouette de benne à ordures. Le film expose aussi la détresse d'une femme dont les enfants sont une charge et se voit dans l'obligation d'engager une nounou de nuit, une jeune femme dynamique qui lui file du coup des complexes. Encore une fois, Charlize Theron compose un beau portrait de femme mélancolique et nostalgique d'un temps où la légèreté, l'insouciance lui permettaient de rêver à un avenir radieux. Mais son amitié avec Tully, la baby-sitter, va redonner un sens à sa vie et lui permettre d'affronter le temps qui passe. Le film attaque avec justesse une maternité moins épanouissante qu'on le dit souvent. Encore une fois, Charlize Theron se montre à l'aise dans ce postulat d'une femme en dépression, débordée par une vie qu'elle n'a pas vu s'installer insidieusement. Encore une fois, elle étonne et excelle en femme ordinaire qui se débat avec son quotidien. Épatante.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article