Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Nick Cave sort Ghosteen, un album sépulcral et envoûtant, lié au deuil de son fils. Les cinq chansons qui nous ont subjugués du rocker-poète australien.

Nick Cave nous offre avec son dernier album Ghosteen, une formidable leçon de résilience par le biais de la musique et de la poésie. La seule manière pour lui de survivre au décès de son fils Arthur, qui sous l'emprise de LSD, s'est jeté d'une falaise en Angleterre. Une tragédie intime qu'il livre avec une forme d'impudeur et d'élégance dans des chansons aussi fortes que gracieuses. La presse spécialisée évoque déjà le chef d’œuvre du rocker qui nous enchante pourtant depuis de nombreuses années. Pour notre part, il nous a fallu un peu de temps pour apprivoiser l'artiste dont la première partie de carrière au répertoire hermétique de rock gothique post-punk nous laissait sur la réserve. Pour nous, l'artiste s'est révélé à partir de 1994 avec l'album Let love in où il révélait au monde ses passions pour Johnny Cash et Leonard Cohen. Un crooner romantique, écorché, tourmenté qui subjugue par sa voix caverneuse, ses compositions élégiaques, sa passion du blues, de la country, du rock primitif... Son œuvre en gagnant en compréhension sans jamais sombrer dans la facilité commerciale, a gagné le cœur des âmes sensibles du monde entier. Accompagné de son groupe des Bad Seeds, Nick Cave s'est affirmé comme l'un des songwriters les plus inspirés des vingt dernières années. La preuve en cinq chansons qui ont pour nous un goût d'éternité.

http://philippelenoir-popculture.com/2019/10/peaky-blinders-la-chronique-sanglante-et-tourmentee-du-clan-shelby-a-birmingham.html

Red right Hand 1994

Une réussite totale, un sommet de l'art du style Nick Cave paru sur l'album Let love in. Son rythme martial et morbide, la voix d'outre-tombe, la cloche qui martèle en ont fait la chanson la plus célèbre de son auteur, un standard du rock indépassable. Nick Cave quitte les rives du punk pour trouver ce style rock, blues et country qui va en faire une star internationale. La chanson va connaître la consécration en devenant le thème principal de Peaky Blinders, la plus fabuleuse série de gangsters des dernières années.

Do you love me ? 1994

Toujours sur l'album Let Love in, cette chanson est bluffante d'un bout à l'autre. Ses riffs de guitare, ses arpèges de piano, les choeurs des Bad Seeds, le chant de Nick Cave, l'ensemble est d'une cohérence implacable. Une chanson pop lumineuse aussi simple que sophistiquée, marquée par la dynamique du chant de Nick Cave qui semble jubiler de trouver une telle grâce rock. En délaissant les afféteries littéraires pour des lyrics plus simples, l'artiste se dégage un nouvel espace de création plus rassembleur et disons-le, moins prétentieux.

Where the wild groses hands 1996

Le plus gros tube de la carrière de Nick Cave chanté en duo avec Kylie Minogue sur cet album enchanteur intitulé Murder Ballads. Comme le nom de l'album l'indique, il s'agit d'une ballade envoûtante qui raconte comment un homme tue sa maîtresse à coup de pierre et lui met une rose en travers de la bouche. La mélodie est à tomber à la renverse avec ses violons romantiques et la surprise de voir Kylie Minogue dans l'univers de Nick Cave s'estompe aussitôt pour devenir une évidence. Un pur diamant noir.

Henry Lee 1996

Ce second duo de l'album Murder Ballads n'a pas connu le succès de celui avec Kylie Minogue. Pourtant sa partenaire est plus cohérente, puisqu'il s'agit de PJ Harvey dont le répertoire est assez proche de celui de Nick Cave. D'autant que les deux artistes entretiennent une brève liaison à l'époque. Là encore, sur une orchestration simple, ce duo donne une merveilleuse chanson pourtant morbide à souhait. Avec un couple pareil, c'est la moindre des évidences.

Jubilee Street 2013

Extraite de l'album Push the sky away, cette chanson entre blues et rock avec son démarrage à la guitare, puis avec son solo de cordes, permet d'apprécier le chant habité de Nick Cave qui atteint une profondeur qui le place au niveau de ses maîtres, Leonard Cohen et Johnny Cash. La montée en puissance de la chanson lui donne une intensité poignante. Nick Cave gagne en émotion et nous livre sa grande ambition : être le rocker crooner ultime du rock. Impressionnant.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article