Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Peter Lindbergh, le photographe de mode qui lança les supermodels Naomi Campbell, Cindy Crawford, Linda Evangeslista, a célébré la vérité de la beauté

Peter Lindbergh, qui vient de de s'éteindre en ce 4 septembre 2019, était l'un des plus grands photographes d'un âge d'or où le papier glacé de Vogue, de Harper's Bazaar, du New Yorker, de W, de Rolling Stone, lui permettait d'exprimer sa vision d'esthète, loin des provocations bling bling et porno chic qui font désormais florès dans les magazines branchés. Lindbergh fut de la vieille école, celle de l'image argentique qui révélait au sens propre comme au figuré, l'âme de son auteur et de ses sujets. Dans la grande tradition allemande, son art de la pose, sa captation de la lumière, l'élaboration de son cadre s'inspiraient de l'expressionnisme germanique. L'essentiel de son œuvre fut marqué par des images en noir et blanc aux lignes douces qui offrent le privilège d'un temps maîtrisé, d'une élégance enchantée et d'une vérité magnifiée.

Peter Lindbergh, le photographe de mode qui lança les supermodels Naomi Campbell, Cindy Crawford, Linda Evangeslista, a célébré la vérité de la beauté

Bien sûr, Peter Lindbergh a mis son talent au service des marques de luxe, a été le rouage d'un lucratif business et le metteur en scène d'un éden pour privilégiés, mais sans jamais sacrifier à son intégrité d'artiste. Pourtant, on pourrait lui en vouloir d'avoir été celui qui lança, en 1990, la tendance des top-modèles superstars avec cette couverture du Vogue anglais qui réunissait celles que le public avait couronné comme étant les plus belles femmes de la planète. Pendant une décade, on les appela seulement par leurs prénoms tellement leur aura inondait les médias : Linda Evangelista, Naomi Campbell, Cindy Crawford, Tatjana Patitz et Christy Turlington furent avec quelques autres, les icônes chics et inaccessibles qui voyaient le monde se prosterner à leurs pieds. Le glamour n'était plus à Hollywood, mais sur les podiums, les couvertures de magazines et les spots de publicité.

Photo réalisée à Deauville

Photo réalisée à Deauville

Mais à bien la regarder, cette photographie avait de la classe et ces filles possédaient une grâce naturelle, comme la réunion de bonnes copines dans une rue de New York. Car c'est ça, le style Lindbergh, une esthétique qui atteint la vérité de la beauté. Peu de maquillage, des tenues simples, des coiffures libres, des regards doux, des lumières naturelles.... On pourrait presque percer l'ambiance qui régnait lors de cette prise de vue qui bouleversa le monde de la mode. Peter Lindbergh s'est toujours positionné comme un photographe qui se soucie de ses ambiances, que ce soit à New York, à Londres, à Paris, les capitales verticales de la fashion, mais aussi sur les plages horizontales de Deauville ou du Touquet qu'ils prisaient tant pour y réaliser de belles séries poétiques, érotiques et toujours chics.

Ce n'est pas pour rien qu'il est celui qui a le plus souvent réalisé le fameux calendrier Pirelli, car il réussit toujours à en faire un bel objet qui magnifie les femmes. Une gageure pour un calendrier qui, il faut bien l'avouer, n'a pas toujours été une affaire de bon goût. Son dernier en 2017, comme celui qu'il façonna en 2002, est une pure merveille où il filme au plus près des actrices de tous les âges dans leur fragilité, leur vulnérabilité et leur vérité. Car Peter Lindbergh, ancien élève des Beaux-Arts, était un portraitiste subtil où il arrivait à percer l'âme de ses modèles. Dans le regard de ces femmes, on pouvait y déceler sa part de vérité à lui. Vous l'aurez compris, l'héritage de Peter Lindbergh est immense, car avec lui, la photographie était vraiment une affaire de sensibilité. A l'ère du photoshop généralisé et du selfie snapchaté, il sut faire de ces clichés des instants de beauté et d'éternité.

http://philippelenoir-popculture.com/2019/11/la-fin-du-show-pop-et-sexy-de-victoria-s-secret-tout-un-changement-d-epoque.html

http://philippelenoir-popculture.com/2019/07/laetitia-casta-un-corps-erotique-feministe-et-politique.html

Naomi Campbell à Deauville. Hommage à Joséphine Baker

Naomi Campbell à Deauville. Hommage à Joséphine Baker

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article