Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Batman célèbre ses 80 ans en restant le héros le plus populaire au monde

C'est donc en 1939 que Batman apparaît la première fois dans un comic book, création du dessinateur Bob Kane et du scénariste Bill Finger. 80 ans plus tard, le justicier chauve-souris qui combat le crime organisé qui gangrène Gotham City est de très loin le héros le plus populaire au monde. Toutes les statistiques de l'ère numérique en attestent : du visionnage sur Youtube aux mentions sur les réseaux sociaux en passant par les sondages sur internet, Batman devance haut la main tous ses rivaux, que ce soit Superman, son rival interne au sein de DC Comics,mais aussi toute la ribambelle des super-héros du concurrent Marvel. Une domination extravagante liée à la fascination qu'exerce Batman, alias Bruce Wayne dans l'imaginaire collective de millions de fans sur la planète. Voici quelques pistes qui font du Chevalier Noir, la figure la plus emblématique de la pop-culture mondiale.

http://philippelenoir-popculture.com/2019/06/batman-le-seul-super-heros-a-susciter-des-chefs-d-oeuvre.html

http://philippelenoir-popculture.com/2019/07/zorro-papa-spirituel-de-batman-fete-son-centenaire-en-attendant-tarantino.html

http://philippelenoir-popculture.com/2019/08/joker-en-avant-premiere-a-la-mostra-de-venise-nos-cinq-films-qui-ont-fait-de-joaquin-phoenix-un-acteur-dementiel.html

Le seul super-héros qui nous ressemble

Quand Batman surgit dans l'écurie DC Comics, c'est Superman qui triomphe comme le premier super-héros de l'ère moderne. Un être divin, voire christique, doté de pouvoirs surnaturels du fait de ses origines extra-terrestres, qui a décidé de protéger la planète par altruisme. Batman est un simple humain prénommé Bruce Wayne dont le seul pouvoir réel est d'être un milliardaire oisif qui a décidé de combattre le mal après l'assassinat de ses parents sous ses yeux à la sortie d'un cinéma. Pour l'anecdote, ils venaient de voir un film de Zorro. Si tous les super-héros possèdent un traumatisme, celui de Bruce Wayne est celui auquel chacun peut s'identifier, d'autant que son humanité l'entraîne dans la vengeance, la colère, la violence et une profonde névrose mélancolique. Autre spécificité, sa misanthropie, sa solitude, ses relations compliquées avec les femmes et son amitié ambiguë avec son protégé Robin. De toute évidence, la nature profonde du héros est bien celle du héros chauve-souris tapi dans l'obscurité. Son vrai masque est celui de Bruce Wayne, le play-boy cool et philanthropique. La charge psychanalytique pèse de son poids, ce qui explique la richesse du personnage qui a permis à ses créateurs successifs de lui donner une épaisseur sans équivalent dans l'univers des comics. On pense notamment au scénariste Frank Miller qui, dans les années 70 et 80, s'interroge sur la nature fasciste de Batman. Ce sera la source d'inspiration de Christopher Nolan dans sa trilogie triomphale au cinéma, celle du Chevalier Noir.

Une esthétique dans l'air du temps

Mettez Superman et Batman côte à côte et demandez vous lequel est le plus classe... La panoplie du Dark Knight comme son logo, semble être sorti d'un bureau de design branché. A l'instar des vampires qui ont, eux aussi, la chauve-souris comme emblème, Batman est une figure de style, le héros le plus sexy de l'univers des comics. Même sa batmobile est une tuerie. Mais c'est aussi le seul qui, dans l'édition comme au cinéma, a suivi au plus près les mouvements artistiques de la pop-culture. Au premier âge d'or des comics, les années 40 et 50, le héros évolue dans le classicisme réaliste de la BD américaine. Sa principale évolution apparaît dans les années 60 où Batman devient plus coloré dans une recherche psychédélique qui va s'orienter vers le pop art. C'est encore plus évident dans la cultissime série télévisée, pure fantaisie pop qui fait référence à Roy Lichtenstein et Andy Warhol. L'autre révolution sera celle des années 70 et 80 qui installe Batman dans le futurisme de Blade Runner, puis dans le gothique expressionniste dont l'acmé sera la vision cinématographique de Tim Burton dans les années 90. A partir de là, Batman devient avant tout un héros de cinéma, voire d'animation, avec quelques réminiscences pop. Jusqu'au retour du réalisme noir post 11-Septembre de Christopher Nolan.

Des vilains super bath

Quand on voit l'attente suscitée par Joker, le film de Todd Phillips avec Joaquin Phoenix dans le rôle-titre, lauréat d'un Lion d'Or à la Mostra de Venise, on réalise à quel point les méchants opposés à Batman irriguent l'imaginaire. Ce fameux personnage du Joker, archétype du clown psychopathe, est un génie du mal dont la popularité n'a cessé de s'accroître par sa présence au cinéma, incarné par des acteurs qui lui ont permis de voler la vedette à Batman. Jack Nicholson dans le film de Tim Burton et encore plus Heath Ledger dans le Dark Night de Christopher Nolan, ont catapulté le personnage maléfique au sommet de la pyramide des méchants dans l'univers des comics. Dans les trois cas qui nous occupent, on remarque à quel point l'univers Batman suscite de véritables films d'auteurs déguisés en blockbusters dont la figure centrale est bien plus le Joker que Batman. On doit également à Tim Burton dans Batman le défi, son second chapitre en forme de chef d’œuvre, une figure tragique du Pingouin et un fantasme fétichiste de Catwoman. A l'instar de Batman, la caractéristique des méchants (que ce soit Double Face, Poison Ivy ou Mr Freeze), est d'être souvent schizophrène à cause des traumatismes, des humiliations, des trahisons, des abandons qu'ils ont enduré. Cela éclaire en partie leur sadisme, leur mesquinerie et leur volonté de semer la terreur.

Un passage réussi de l'édition au cinéma

Ce qui explique la popularité inégalée de Batman, c'est de toute évidence le cinéma qui a produit quelques films remarquables. Même le film et la série télévisée des années 60, furieusement pop, avec Adam West dans le rôle de Batman, méritent d'être redécouverts pour leur fantaisie délirante. Mais ce sont évidemment les visions d'auteur de Tim Burton et de Christopher Nolan qui ont porté Batman au sommet de la pop-culture. D'un côté, les préoccupations esthétiques et dramatiques de Tim Burton qui réalisent deux œuvres parmi les meilleures de sa filmographie où son goût de l'expressionnisme gothique frise les sommets et son empathie pour les monstres touche au mélodrame maléfique. De l'autre côté, Christopher Nolan, dans une veine réaliste, interroge la nature politique de Batman dans un contexte de terrorisme au sein d'une société dépressive gagnée par le nihilisme. Tout le monde attend beaucoup du prochain film qui verra Robert Pattinson enfilé le costume du Chevalier Noir sous la direction de Matt Reeves. Le film sortira en juin 2021. D'ici là, c'est le Joker qui tiendra le haut de l'affiche dès le 9 octobre prochain dans un blockbuster promis au plus vif succès.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article