Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

L'album Abbey Road des Beatles fête ses 50 ans :Nos cinq pochettes de disques mythiques du rock

Des centaines de fans des Beatles se sont rassemblés à Londres sur le mythique passage protégé qu'utilisent les Fab Four sur la pochette de leur dernier album Abbey Road enregistré dans le studio à proximité. John Lennon en costume blanc ouvre la marche, suivi de Ringo Starr, Paul McCartney pieds nus et George Harrison. Le disque a cinquante ans et continue de susciter la passion par son contenu musical et par cette pochette devenue mythique. Chaque jour, des touristes se prennent en photo sur ce passage protégé classé monument historique du royaume. En dehors d'Abbey Road, voici nos cinq pochettes de disques vinyles préférées de l'histoire du rock.

http://philippelenoir-popculture.com/2019/12/london-calling-le-brulot-punk-rock-de-the-clash-fete-ses-quarante-ans.html

Sergent Pepper's lonely hearts club band The Beatles 1967

L'album Abbey Road des Beatles fête ses 50 ans :Nos cinq pochettes de disques mythiques du rock

Encore plus iconique que la pochette de Abbey Road. Sans doute la plus célèbre de l'histoire de la musique pop doublée d'un disque-concept à la richesse musicale inégalée. Les Beatles ceints de leurs costumes à brandebourg devant une grosse caisse, un parterre de fleurs d'où ressort le titre Beatles et 66 personnages qui les entourent. On remarque surtout les quatre de Liverpool première version qui semblent en deuil. Le message est clair : les Beatles sont devenus des artistes matures qui veulent désormais se consacrer à leur art en studio en évitant l'hystérie collective suscitée par leurs concerts. Les personnages qui les accompagnent peuvent surprendre. De Marylin Monroe au sataniste Aleister Crowley, de Oscar Wilde à Tony Curtis, de Fred Astaire à William Burroughs... John Lennon voulait rajouter Hitler, le Christ et Gandhi, mais cela lui fut refusé par la maison de disques. En revanche, les quatre Beatles étaient d'accord pour ne pas mettre Elvis Presley. Pour eux, le King était indépassable, au-dessus de tout.

The Velvet Undeground and Nico 1967

L'album Abbey Road des Beatles fête ses 50 ans :Nos cinq pochettes de disques mythiques du rock

La banane la plus célèbre de la pop music signée d'Andy Warhol. Le premier album du Velvet Underground avec le mannequin Nico est une légende par son psychédélisme, son aspect vénéneux, voire masochiste, mais aussi pas l'intemporalité de sa pop mélodique. Sur la première édition, le nom du groupe n'apparaît pas. Juste cette banane et la signature d'Andy Warhol, le mentor et le producteur du groupe au sein de la Factory de New York. Cette banane était en fait un sticker qui se décollait et laissait apparaître une banane couleur chair. L'allusion est assez évidente, non ? La banane warholienne va devenir un symbole de la pop-culture dont les droits vont faire l'objet de différentes procédures judiciaires. Appartient-elle à Warhol, au Velvet Underground ? Car le merchandising autour de cette banane a rapporté jusqu' à 2,5 millions de dollars par an. Lou Reed et John Cale ont tenté de récupérer la manne, mais ils ont perdu. Les royalties de la banane tombent dans les caisses de la fondation Warhol.

Electric Ladyland Jimi Hendrix 1968

L'album Abbey Road des Beatles fête ses 50 ans :Nos cinq pochettes de disques mythiques du rock

C'est le troisième et dernier album du génial guitariste, un double qui marqua l'histoire de la musique. Son meilleur, le plus expérimental, mais aussi le plus pop. Celui de la consécration avant sa mort, mais dont la pochette fut longtemps controversée à juste titre. Car Jimi Hendrix n'en voulait pas. Le guitariste souhaitait utiliser une photo prise par Linda McCartney à Hyde Park d'une statue d'Alice au pays des merveilles de Lewis Caroll. La maison de disques n'écouta pas son artiste et décida de demander à 19 femmes choisies dans la rue de poser nue pour quelques dollars. L'objectif était évidemment d'attirer l'attention pour booster les ventes. La photo d'un équilibre parfaite, érotique et artistique, mérite mieux que ses objectifs mercantiles. Une pochette devenue un objet de collection puisqu'elle fut remplacée par une photo de Jimi Hendrix après des plaintes menaçant de retirer le disque de la vente.

Aladdin Sane David Bowie 1973

L'album Abbey Road des Beatles fête ses 50 ans :Nos cinq pochettes de disques mythiques du rock

Ce portrait zébré de David Bowie a tant marqué les esprits que la photo est ressortie dès que l'artiste est décédé. On l'appelle même la Mona Lisa de la pop, tellement ce portrait est devenu une œuvre d'art. C'est le photographe de mode du Swinging London, Brian Duffy qui a réalisé cette pochette d'un disque qui succédait au Ziggy Stardust dont Bowie a néanmoins conservé le look. C'est évidemment l'éclair zébré qui interpelle dans ce portrait de David Bowie. De toute évidence, le chanteur britannique rend ainsi hommage à Elvis Presley qui avait fait de cet éclair son symbole, notamment sur des bijoux. Cet éclair était accompagné des initiales TCB qui signifiaient Temple of the Christian Brotherhood. Le King, ainsi, rappelait qu'il restait profondément attaché à la musique noire, notamment au gospel de sa jeunesse. Bowie qui triomphait dans le glam rock allait prouver plus tard que lui aussi était un admirateur de black music.

London Calling The Clash 1979

L'album Abbey Road des Beatles fête ses 50 ans :Nos cinq pochettes de disques mythiques du rock

Le meilleur disque punk de l'histoire sans doute avec la rage du désespoir illustrée par la pochette. Il s'agit du bassiste du groupe anglais Paul Simonon qui fracasse sa guitare sur la scène du Palladium à New York au cours d'un concert qui fera date dans l'histoire des Clash. En effet, cette prestation vaudra au groupe un article élogieux dans le New York Times. La photo a été prise par Penny Smith, une groupie qui suit le groupe dans le monde entier. Quand au graphisme, il ne doit rien au hasard, car il reprend exactement celui du premier album d'Elvis Presley (encore lui!) chez Sun Records en1956. Le message est clair : The Clash renoue avec l'esprit rebelle et énergique du rock après le long règne du rock psychédélique et progressif. Une évidence quand on écoute ce disque incandescent qui relança l'intérêt de la jeunesse pour le rock.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article