Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Henri Belolo, créateur de Village People, a fait du disco une machine à tubes

Henri Belolo, décédé à 82 ans, a été dans les années 70 et 80, un producteur qui a eu le nez de rendre le disco populaire tout en lui conservant son militantisme. Avec son associé Jacques Morali, il découvre à New York et Philadelphie, ce son nouveau, mélange de funk et de soul, qui cartonne dans les clubs underground. Dans une époque dominée par le rock, la dance music est assez stigmatisée pour sa culture de la nuit, de l'hédonisme, de l'androgynie et du sexe. Pourtant, à partir du film La fièvre du samedi soir, le disco devient un genre majeur. Curieusement, ce style musical typiquement américain va être le terrain de jeu des Européens avec les Allemands de Boney M, l'italien Giorgio Moroder qui produit Donna Summer, le français Marc Cerrone.. Et donc Henri Belolo et Jacques Morali qui inventent le groupe concept The Village People qui réunit six archétypes masculins qui chantent des chansons aux sous-textes homos qui font danser la planète. Soyons honnêtes, Henri Belolo était un homme avisé qui a toujours voulu vendre ses disques dans les hypermarchés. Mais son disco avait eu la vertu de relancer le nightclubbing tout en lui conservant un petit message à la tolérance sexuelle. Petit retour sur la Belolo's Touch.

YMCA de The Village People 1978

Le groupe a été constitué sur casting à partir de l'Indien India Mike, un danseur qui vivait à Greenwich Village, un quartier bohème de New York où vit une forte communauté gay. Le groupe a toujours revendiqué son homosexualité et son premier tube YMCA ne manque pas d'ironie. Elle fait la promotion des auberges de jeunesse chrétienne en invitant les jeunes hommes à y séjourner. Un tube planétaire qui donnera envie à l'US Navy de confier aux Village People un titre promotionnel intitulé In the Navy avec la réalisation d'un clip à bord d'une frégate. L'US Navy se retirera du projet quand elle comprendra l'homosexualité affichée du groupe.

Patrick Juvet I love America 1978

Après une fructueuse collaboration avec Jean-Michel Jarre qui a donné le tube Où sont les femmes?, Patrick Juvet décide de partir aux USA pour y concevoir un pur album disco. A Los Angeles, il rencontre le duo Belolo/Morali avec qui il écrit I love América, un succès international qui se classe dans les premières places en Europe. Mais surtout il s'affiche numéro 1 aux USA. Le titre est assez moyen, mais permet à Patrick Juvet, plutôt bon musicien, mais assez opportuniste sur ce coup-là, de vivre son rêve américain jusqu'à l'excès.

Eartha Kit Where's my man 1984

Orson Welles disait de Eartha Kit qu'elle était la femme la plus excitante du monde. C'est surtout une chanteuse de jazz qui connaît le succès dans les cabarets du sud des États-Unis grâce à sa voix rauque. Elle fait un peu de cinéma avant de connaître la célébrité en jouant Catwoman dans la série télévisée Batman. En 1968, invitée à la Maison-Blanche, elle se déclare opposée à la guerre du Vietnam, ce qui lui vaudra un boycott dans son pays. Contre toute attente, le duo Belolo/Morali imagine en faire une diva du disco, jouant de sa réputation de tigresse. Et ça marche avec le tube Where's my man. Un peu kitsch, mais il faut avouer que ça fonctionne.

Break Machine Street dance 1984

A l'époque, on appelait ça le smurf avant de devenir la breakdance. Henri Belolo et Jacques Morali ont le nez fin. Le disco est à bout de souffle et à New York, c'est le mouvement hip hop qui tient le haut du pavé. Le duo de producteurs français réunit des chanteurs de rap et trois danseurs pour réaliser un album avec le tube Street Dance. Comme toujours, les puristes détestent, mais le grand public adore. En France, le titre se vend à un million d'exemplaires. Tous les jeunes imitent la danse robotique et les plus doués se roulent sur le bitume. Imparable.

Eiffel 65 (Blue)Da ba dee 1999

C'est le bon temps de l'eurodance et le groupe italien Eiffel 65 domine les charts mondiaux avec ce titre C'est une scie qui fait danser la planète et qui va lancer Eiffel 65 dans une carrière internationale de premier plan. Henri Belolo, leur producteur, fait l'un de ses plus beaux coups discographiques puisque c'est un triomphe dans toute l'Europe. Le titre rentre même dans le Bilboard Hot 100 américain. Ça se poursuivra avec le hit Move your body. Le groupe Eiffel 65 s'émancipera de son mentor pour évoluer vers un style néo disco-électro se rapprochant de Daft Punk.

 

Henri Belolo 1936-2019

Henri Belolo 1936-2019

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article