Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Sophia Loren retrouve les plateaux de cinéma : nos cinq films préférés de la Divine italienne

Sophia Loren, 84 ans, retrouve les plateaux de cinéma pour un film réalisé par son fils Edoardo Ponti pour une adaptation de La vie devant soi, Prix Goncourt de Romain Gary. La Divine italienne y jouera Madame Rosa, déjà jouée par Simone Signoret en 1978. L'occasion de revenir sur la filmographie d'une des actrices de l'âge d'or du cinéma italien. Sophia Loren, malgré une carrière trop influencée par son mari, le producteur Carlo Ponti, possède une filmographie impressionnante, marquée par sa complicité avec le réalisateur Vittorio de Sica et l'acteur Marcello Mastrioanni. Elle tourna également avec des maîtres du cinéma hollywoodien, même si ce fut dans leurs œuvres mineures. Néanmoins, Sophia Loren demeure une légende du 7e Art qui mérite qu'on lui dédie nos cinq films préférés.

Dommage que tu sois une canaille Alessandro Blaseti 1954

Sophia Loren retrouve les plateaux de cinéma : nos cinq films préférés de la Divine italienne

C'est un film historique car c'est le premier qui réunit le couple mythique que forma Sophia Loren et Marcello Mastrioanni. Le duo jouera douze fois ensemble, marquant vraiment l'histoire du cinéma italien. De plus, Vittorio de Sica, réalisateur emblématique du néoréalisme, joue dans cette comédie italienne. Il sera celui qui a donné ses plus beaux rôles à Sophia Loren dans sa carrière italienne. Dans le cas présent, il s'agit donc d'une comédie où un chauffeur de taxi, pauvre bougre, se fait mener par le bout du nez par une beauté romaine. Une vraie comédie romantique, mais avec cette ambiance populaire propre au cinéma italien de cette époque. Sophia Loren y explose en belle plante qui puise ses racines dans le petit peuple romain. L'actrice y déploie un charme dévastateur, une sensualité à fleur de peau et un physique hors norme, notamment en maillot de bain. Une actrice est née, mais aussi un sex-symbole pour toute la péninsule.

La diablesse en collant rose George Cukor 1960

Sophia Loren retrouve les plateaux de cinéma : nos cinq films préférés de la Divine italienne

Son mentor, le producteur Carlo Ponti, veut imposer Sophia Loren à Hollywood. Honnêtement, sa filmographie américaine est assez décevante, les studios étant surtout intéressés par la beauté et le glamour de l'actrice. Souvent, on retient son rôle dans L'orchidée noire de Martin Ritt qui lui vaut un prix d'interprétation à la Mostra de Venise. Mais on la préfère en blonde délurée dans La diablesse en collant rose, le seul western de la filmographie de George Cukor. On y suit une troupe de théâtre itinérante dans l'Ouest sauvage dont Sophia Loren est la vedette féminine. Cukor, le réalisateur hollywoodien préféré des actrices, offre tous les ingrédients du western classique, mais sous une forme légère et pétillante. Sophia Loren, au côté d'Anthony Quinn, s'y montre rayonnante et pleine d'esprit. Un film mineur dans l'immense carrière de George Cukor, mais l'un des meilleurs de la période américaine de Sophia Loren et qui mit fin à son contrat avec la Paramount.

La Ciociara Vittorio de Sica 1960

Sophia Loren retrouve les plateaux de cinéma : nos cinq films préférés de la Divine italienne

De retour de son séjour décevant à Hollywood, Sophia Loren retrouve Vittorio de Sica pour La Ciociara. Le rôle le plus célèbre de l'actrice et sans doute son meilleur film. Adapté d'un roman d'Alberto Moravia, La Ciociara se passe pendant la Seconde Guerre Mondiale dans la campagne italienne où Sophia Loren, mère courage d'une petite fille, se réfugie, tandis que les Alliés s'apprêtent à destituer le pouvoir fasciste. Sophia Loren renoue avec le naturalisme de ses premiers films italiens en fille du peuple prête à tout pour sauver sa peau et celle de sa fille. A ses côtés, Jean-Paul Belmondo dans l'un de ses rôles les plus subtils. Pour Sophia Loren, ce rôle emblématique lui offre le prix d'interprétation à Cannes et l'Oscar de la meilleure actrice, une première pour une comédienne ne jouant pas en anglais. Le moment de grâce de la carrière de Sophia Loren.

Hier, aujourd'hui et demain Vittorio de Sica 1963

Sophia Loren retrouve les plateaux de cinéma : nos cinq films préférés de la Divine italienne

Vittorio de Sica réunit Sophia Loren et Marcello Mastrioanni dans un film à sketch en trois parties où les deux acteurs incarnent à chaque fois un couple différent : populaire à Naples, bourgeois à Milan et adultère à Rome. Sophia Loren excelle dans les trois registres, même si on la préfère en mamma napolitaine qui épuise son mari et en prostituée romaine prête à dévergonder un jeune curé. Le film produit par l'inévitable Carlo Ponti, est au service de son égérie. Dans les trois rôles, Sophia Loren s'y montre au sommet de sa beauté, mais aussi de son talent. Le film est resté célèbre pour la fameuse scène de strip-tease qu'offre Sophia Loren à Marcelle Mastrioanni qui hurle comme le loup de Tex Avery. Il faut dire que Sophia Loren en guêpière est assez irrésistible. Une scène que les deux acteurs reprendront dans Prêt à porter de Robert Altman trente ans plus tard. Sauf que cette fois-ci, Marcello s'endort devant le strip-tease de Sophia.

Une journée particulière Ettore Scola 1977

Sophia Loren retrouve les plateaux de cinéma : nos cinq films préférés de la Divine italienne

Sans aucun doute le plus grand film du couple Sophia Loren-Marcello Mastrioanni. Cette journée particulière, c'est celle de la visite d'Adolf Hitler à Mussolini. Dans un quartier populaire de Rome déserté par le peuple parti assister à la rencontre entre les deux dictateurs, Antonietta, mère d'une famille fasciste, va faire la connaissance de Gabriel, un intellectuel homosexuel dans leur immeuble d'habitation commun. Entre les deux êtres épris de solitude, cette journée particulière va leur permettre de se comprendre et de s'aimer. Deux monstres sacrés à leur apogée dans un huis clos intense où chacun joue sans fard, au propre comme au figuré. Sophia Loren y trouve son dernier grand rôle, celui d'une femme qui se fane, les yeux cernés, qui comprend que son idéal fasciste est un leurre. Elle y est magistrale en femme amoureuse d'un homme qui se sait condamné. Sa carrière ensuite restera anecdotique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article