Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Serge Gainsbourg

Serge Gainsbourg

 

La Fête Nationale du 14 Juillet est un moment d'histoire et de culture. Voici notre regard un peu décalé sur le 14 juillet en puisant dans la pop culture. Un film, une chanson, un tableau, une photo et un gag vidéo.

 

Les amants du Pont-Neuf de Leos Carax 1991.

Notre 14 Juillet à nous avec Leos Carax, Serge Gainsbourg, Van Gogh et Robert Capa

Un film maudit entré dans la légende par un réalisateur qui a perdu tout sens de la mesure. Le film raconte l'histoire d'amour entre Alex (Denis Lavant) et Juliette (Juliette Binoche), deux paumés célestes qui vivent sur le Pont-Neuf à Paris. Le tournage va durer plus de cinq ans, épuisant plusieurs producteurs. Les autorisations de tournage sur le Pont-Neuf étant devenues caduques, un immense décor reconstituant le pont et les quais de Seine est construit sur un lac de retenue près de Montpellier. La scène grandiose du feu d'artifice du 14 juillet est ainsi entièrement tournée dans ce décor démentiel. La scène est superbe, mais elle n'empêchera pas le film d'être un échec commercial qui fera de Leos Carax un cinéaste génial et marginal au sein du cinéma français. Son union avec Juliette Binoche ne résistera pas à un tournage devenu plus célèbre que le film.

La Marseillaise version Gainsbourg 1979

Notre 14 Juillet à nous avec Leos Carax, Serge Gainsbourg, Van Gogh et Robert Capa

Serge Gainsbourg enregistre un disque de reggae en Jamaïque avec la crème des musiciens de Kingston. Le chanteur français, dans le creux de la vague, surfe sur le succès international de Bob Marley. L'album se nomme Aux armes et cætera et comporte donc sa version de La Marseillaise en reggae. Le scandale est énorme, mais le titre est un tube, le premier disque d'or de Serge Gainsbourg en tant qu'interprète. C'est avec ce succès qu'il développera son personnage de dandy provocateur et alter ego Gainsbarre. Lors d'un concert à Strasbourg, Serge Gainsbourg se confronte à des militaires en colère. L'artiste s'en sort en chantant La Marseillaise de Rouget de Lisle, reprise par le public. Aujourd'hui, sa Marseillaise reggae est un classique qui ne dénote plus, même pour le 14 Juillet. D'autant que sa version s'avère fort respectueuse, car Rouget de Lisle avait lui-même rajouté Et cætera dans son manuscrit original dont Gainsbourg devint propriétaire.

La mairie d'Auvers-sur-Oise le 14 juillet de Vincent Van Gogh 1890

Notre 14 Juillet à nous avec Leos Carax, Serge Gainsbourg, Van Gogh et Robert Capa

De nombreux peintres français ont célébré le 14 Juillet depuis la prise de La Bastille en 1789. Vincent Van Gogh en fera deux tableaux, un flamboyant peint à Paris reprenant la thématique du drapeau tricolore à grands traits nerveux et lyriques. On y préfère sa vision de la modeste mairie d'Auvers-sur-Oise, commune où le peintre séjournera quelques mois avant de se suicider. Le tableau est peint le matin du 14 juillet 1890 dans des tons froids et pales, à dominante de jaune, de vert et de bleu. Le pavoisement tricolore semble presque invisible et de toute évidence, n'invite pas à la fête. On y perçoit les tourments et le désespoir du peintre maudit. Il semblerait que cette mairie ressemble beaucoup à celle de sa ville natale aux Pays-Bas qu'il voyait en face de chez lui. Le 29 juillet, Van Gogh meurt après s'être tiré une balle de revolver dans la poitrine.

Le 14 juillet du Front Populaire Robert Capa 1936

Notre 14 Juillet à nous avec Leos Carax, Serge Gainsbourg, Van Gogh et Robert Capa

Le reporter le plus célèbre de l'histoire du photojournalisme, Robert Capa est à Paris le 14 juillet 1936, quelques semaines après les grandes grèves ouvrières qui vont déboucher sur la constitution du gouvernement du Front Populaire de Léon Blum. Celui-ci va instaurer la semaine de 40 heures de travail hebdomadaire et quinze jours de congés payés. Le reporter avec son sens visuel inné, va réaliser cette photo qui symbolise l'espérance du petit peuple de France en ce jour de Fête Nationale. Dans quelques jours, les ouvriers vont, pour les plus chanceux, voir la mer pour la première fois.

Le défilé où on a tous pouffé de rire 2018

 

Il y a eu des 14 juillet flamboyant comme celui du Bicentenaire avec ce défilé conçu par Jean-Paul Goude qui consacra le génie français. Il y a eu aussi le tragique 14 juillet de Nice en 2016 avec cette attaque terroriste le soir du feu d'artifice qui fit 86 morts. Et puis il y a des 14 juillet qui nous font pouffer de rire. Un rire pas forcément de grande qualité, mais que voulez-vous... Lors du défilé du 14 juillet 2018, sur les Champs-Élysées, une collision entre deux motards des Gardes Républicains a fait le tour du monde. En fait, c'est le commentaire de France 2 qui nous fait hurler de rire. Surtout quand il dit que tout le monde applaudit et qu'on voit, derrière Emmanuel Macron, Gérard Collomb impassible. Pour l'anecdote, quelques seconde plus tard, la Patrouille de France fait son passage au dessus de la tribune officielle dégageant son fameux panache tricolore. Sauf qu'un avion s'est trompé de couleur... Quand ça ne veut pas !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article