Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Lil Nas X

Lil Nas X

C'est le tube planétaire de l'année qui devrait battre le record de semaines de présence en tête du Hot 100 de Billboard, soit 17 semaines minimum. Ce Old Town Road de Lil Nas X est un vrai hit populaire comme le rap en produit assez peu. De fait, c'est le plus gros succès de l'histoire de la musique moderne, même si le titre profite du featuring de Billy Ray Cyrus, la star incontestée de la musique country dans sa version mainstream. Les amateurs de rap peuvent légitimement faire la fine bouche sur le succès phénoménal de Old Town Road, crossover habile, voire malin, entre hip hop et country. Mais après tout, le rap lui-même s'est dilué dans le R’n’B, le style désormais dominant de la culture hip hop sur l'industrie du divertissement musical. Voici non cinq classiques du rap américain qui ont conduit à l'évidence de la domination planétaire actuelle du hip hop et au triomphe incontesté de Lil Nas X sur les charts mondiaux.

Sugarhill Gang Rapper's Delight 1979

C'est le titre historique de l'histoire du hip hop lancé à New York en pleine période disco. C'est d'ailleurs sur la trame instrumentale de Good times de Chic que s'appuie la première chanson de rap à entrer dans le top 40 de Billboard. Une déflagration mondiale puisque Rapper's Delight, un maxi 45 tours se vendra à dix millions d'exemplaires. Un tube qui incite à la danse, au défoulement, à l'hédonisme dans le sillage du disco, mais qui s'inspire surtout des battles du hip hop balbutiant dans le Bronx. Aujourd'hui, la chanson est considérée comme un monument national inscrite à la bibliothèque du Congrès américain. Elle a fait la fortune de sa productrice Sylvia Robinson et de Nile Rodgers, le leader de Chic, crédité comme compositeur, plus que celle de ses trois interprètes choisis sur casting pour leurs talents vocaux.

Grandmaster Flash The message 1982

Sylvia Robinson, productrice de Rapper's Delight, renoue avec le rap du Bronx avec le collectif Grandmaster Flash, repéré dans les Blocs Parties du quartier. Mais cette fois-ci, pas question de fête ou de danse, le titre inspiré de l'existence misérable dans le ghetto, est considéré comme le premier rap conscient dénonçant la ségrégation, la pauvreté et la répression policière. Un titre coup de poing qui lance vraiment le rap sur les rails d'un mouvement musical majeur. Le titre reste incroyablement dansant, mais les paroles prennent une nouvelle dimension. Ce titre sera une influence majeure pour les groupes new yorkais comme Public Enemy qui veulent avec le rap développer une conscience sociale auprès des jeunes afro-américains. The message, par son importance historique, est inscrit à la bibliothèque du Congrès américain.

Tupac Shakur California Love 1995

C'est sans aucun doute le plus gros tube de Tupac Shakur, figure incontournable du gangsta rap de la côte ouest. Ce titre est lié à la rivalité qui l'oppose à Notorious Big, un artiste de rap de New York. Si l'histoire reste encore nébuleuse, les deux artistes vont payer de leur vie cette triste bataille. 2Pac enregistre California Love pour le compte du label Death Row fondé par le producteur Suge Knight en échange du paiement de la caution pour sa sortie de prison. C'est un titre vraiment énorme qui montre l'étendue du talent de Tupac Shakur. Il y montre son ironie mordante sur le rêve californien des hippies, lui qui a vécu dans les ghettos de South L.A. divisés par la guerre des gangs. Le titre est supervisé par Dr Dre, qui lui donne ce gros son qui fera la réputation du gangsta. La chanson sera classée numéro 1 aux USA et et recevra deux Grammy Awards à titre posthume pour Tupac Shakur, tué dans une fusillade à Las Vegas le 7 septembre 1996

Dr Dre feat Snoop Dog Still D.R.E. 1999

C'est la grande revanche pour Dr Dre, le plus puissant producteur de gangsta rap de la côte ouest qui a contribué au succès de Tupac Shakur ou Snoop Dog. Avec Still D.R.E, l'artiste reçoit la consécration internationale avec un titre où il affirme qu'il est le numéro 1 sur des paroles écrites par Jay-Z. Même s'il avait eu la reconnaissance de ses pairs avec son premier groupe NWA et son premier album solo, Dr Dre piaffe d'avoir son premier tube international. La chanson est marquée par ce magnifique riff répétitif inspiré d'un morceau du guitariste de jazz Grant Gree. Dre montre l'étendue de sa culture musicale, sa capacité à produire un son inégalable et démontre que son flow vaut bien ceux de ses poulains devenus des stars. Bref, il est bien le patron du hip hop américain, ce qu'il prouvera par la suite, plus apaisé par un succès personnel bien mérité.

Eminem Lose yourself 2002

C'est la chanson qui illustre le film Eight Mile qui raconte en creux la jeunesse d'Eminem à Detroit. Ce titre interprété avec rage par Eminem est un hymne à sa ville natale, mais aussi à son instinct de survie pour réussir. Un titre coup de poing qui va recevoir, contre toute attente, l'oscar de la meilleure chanson, et deux Grammy Awards. Il sera également numéro 1 douze semaines consécutives aux USA, ce qui en fait l'un des titres les plus populaires de l'histoire du rap. Eminem, le gosse white trash, véritable tête de lard du show business devient, avec cette chanson, l'un des artistes les plus influents du hip hop. Encore aujourd'hui, Lose Yourself conserve cette magie originelle des œuvres intemporelles. Magistral.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article