Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Highway to Hell d'AC/DC, l'hymne de la vie facile et libre du rock a 40 ans

AC/DC célèbre les quarante ans de son album Highway to hell, le disque qui va entraîner le groupe australien dans une autre dimension, celui de la reconnaissance planétaire. Avec en ouverture de la face A, la chanson qui, encore aujourd'hui, reste la plus populaire d'AC/DC, celle qui enflamme les stades et symbolise comme aucune autre la vie rock'n'roll. Tout est dit en moins de vingt secondes, grâce à un riff de guitare en intro parmi les plus reconnaissables de l'histoire du rock. Il serait l’œuvre de Malcolm Young, même s'il est attribué à son frère Angus, le guitariste charismatique du groupe. Dans le style hard rock, ce riff de guitare n'a guère d'équivalent, excepté ceux de Smoke on the water de Deep Purple et Whole lotta love de Led Zeppelin.

Mais avec cette simplicité, cette joie, cette envie, cette intro n'a vraiment aucune rivale. Surtout qu'elle est suivie de paroles qui résument tellement bien la philosophie du rock'n'roll que personnifie AC/DC. « Living easy, living free/Season ticket on a one-way ride/Asking nothing, leave me be... » soit : « Vivre facile, vivre libre/ Abonnement sur un aller simple/ Ne rien demander, être soi-même... ». Un véritable manifeste à l'hédonisme que le rock avait perdu de vue dans ces années 70. AC/DC s'est d'ailleurs toujours considéré comme un groupe de blues-rock, refusant à bon escient les étiquettes hard ou heavy métal. Son credo, ce sont les copains, les filles, les voitures, les bières, la rigolade... Et une musique qui réunit, qui rassemble pour chanter à tue-tête sans se soucier des convenances.

Highway to Hell d'AC/DC, l'hymne de la vie facile et libre du rock a 40 ans

A l'époque, AC/DC a déjà sorti cinq disques enregistrés à la va-vite dans l'idée de repartir illico en tournée. Mais le marché américain reste encore rétif à ces Australiens rigolards. Du coup, leur maison de disques leur propose des conditions d'enregistrement confortables à Londres avec un vrai producteur pour les accompagner. Le jeu en vaudra la chandelle puisque le disque Highway to hell se vendra à dix millions d'exemplaires dont sept millions aux USA. Le groupe franchit un cap artistique évident, obtient un succès dantesque, mais qui va également lui coûter la perte de Bon Scott, son chanteur originel, celui qui chante Highway to hell, A 33 ans, Bon Scott meurt dans des conditions sordides, d'un coma éthylique à Londres à l'arrière d'une voiture où il s'étouffe dans son vomi.

Highway to Hell d'AC/DC, l'hymne de la vie facile et libre du rock a 40 ans

Sur la célèbre pochette du disque Highway to Hell, il est celui qui rit à droite à côté d'Angus Young, le guitariste leader d'AC/DC. La casquette avec les cornes, portée par le rocker va beaucoup contribuer à la réputation diabolique de la chanson qui fait référence, il est vrai à Satan. Le titre s'inspire surtout de la vie de tournée du groupe, mais aussi d'une véritable autoroute en Australie entre Perth et Freemantle à proximité de la maison de Bon Scott. Un tronçon accidentogène dans une descente à fort pourcentage que le chanteur emprunte trop souvent en état d'ébriété. Suite à la mort de Bon Scott, le groupe recrute Brian Johnson et enregistre dans la foulée un disque hommage au disparu, le fameux Back in Black, deuxième meilleure vente de disques de tous les temps à 50 millions d'exemplaires, tout juste derrière Thriller de Michaël Jackson.

Mais dans la myriade de tubes d'AC/DC, aucun n'atteint la popularité de Highway to hell, élu comme la chanson australienne la plus jouée à l'étranger. Les reprises se comptent par centaines, de Bruce Sprinsgteen en passant par Guns'n'Roses, Lemmy Kilmister (voir la vidéo) jusqu'à Carla Bruni (si c'est vrai !). C'est l'un des titres les plus joués en karaoké et c'est un classique des candidats de télé-crochets comme The Voice ou Nouvelle Star. Tout apprenti guitariste s'écorche les doigts sur la fameuse intro, voire sur le solo de guitare assez dément d'Angus Young à mi-parcours du titre. Elle illustre au cinéma les aventures d'Iron Man ou du film d'animation Dreamworks Megamind, s'invite au sein de maintes séries télévisées. Enfin, le groupe, touché par la mort de Malcolm Young en 2017, semblait sur le chemin de la retraite. Bonne nouvelle, AC/DC réactive ses réseaux sociaux à l'occasion des 40 ans de son hymne et selon la rumeur insistante, devrait sortir un disque, suivie d'une tournée mondiale avec halte au Stade de France en 2020. Retour sur la highway to hell, damned !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article