Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Citroën une marque centenaire qui a marqué le cinéma : La 2CV du Corniaud ; la DS des Valseuses ; la Traction Avant d'Indiana Jones ; le Type H des Triplettes de Belleville ; La SM de Burt Reynolds.

Citroën fête son centenaire avec un vaste rassemblement des voitures mythiques de la marque aux chevrons à la Ferté-Vidame en Normandie. Une marque automobile qui, grâce à ses modèles populaires au design unique, s'est imposée dans la pop culture, notamment au cinéma.Voici nos cinq modèles préférés dans cinq films où ils volent un peu la vedette aux stars. Vavavroum !

 

La 2 CV Le Corniaud Gérard Oury 1965

Citroën une marque centenaire qui a marqué le cinéma : La 2CV du Corniaud ; la DS des Valseuses ; la Traction Avant d'Indiana Jones ; le Type H des Triplettes de Belleville ; La SM de Burt Reynolds.

Difficile de contourner cette scène mythique de la comédie de Gérard Oury qui marque la première rencontre entre Bourvil et Louis de Funès dans Le Corniaud. Bourvil au volant de sa 2CV entre en collision avec la limousine de Louis de Funès. La deuche s'ouvre en deux avec Bourvil qui tient toujours le volant et s'exclame : « Maintenant, elle va marcher beaucoup moins bien, forcément ! » On a beau l'avoir vue des dizaines de fois, la séquence fonctionne toujours et conserve une popularité unique. La 2 CV a été vendue à plus de cinq millions d'exemplaires, ce qui en fait l'une des dix voitures les plus populaires de l'histoire automobile française. A l'époque du film, la voiture est à son apogée et va même passer de la voiture des ouvriers à celle des babas cools.

La DS Les valseuses 1974 Bertrand Blier

Citroën une marque centenaire qui a marqué le cinéma : La 2CV du Corniaud ; la DS des Valseuses ; la Traction Avant d'Indiana Jones ; le Type H des Triplettes de Belleville ; La SM de Burt Reynolds.

Gérard Depardieu, Patrick Dewaere et Miou-Miou bousculent les conventions en traversant la France de Pompidou au volant d'une DS. Le film, par ses scènes de sexe, son langage vert et sa façon d'ausculter une jeunesse décalée, a marqué son époque. Curieusement, si le trio s'affirme transgressif, il roule dans une voiture haut de gamme, symbole du pouvoir politique et économique de l'époque. Ce qui fait dire à Gérard Depardieu ce monologue mythique : « on n'est pas bien là, paisible, à la fraîche, décontracté du gland. Et on bandera quand on aura envie de bander. » Quant à la DS, elle est toujours considérée comme l'une des plus belles voitures de tous les temps avec ses lignes audacieuses dessinées par l'italien Flaminio Bertoni. A l'instar de la 2 CV, elle symbolise dans le monde entier, la France des Trente Glorieuses.

La SM Plein la gueule 1974 Robert Aldrich

Citroën une marque centenaire qui a marqué le cinéma : La 2CV du Corniaud ; la DS des Valseuses ; la Traction Avant d'Indiana Jones ; le Type H des Triplettes de Belleville ; La SM de Burt Reynolds.

C'est un film méconnu de Robert Aldrich qui se déroule dans le milieu du football américain en milieu carcéral. La vedette masculine en est Burt Reynolds, acteur incontournable de l'époque. Le film ne vaut pas les chefs d’œuvres d'Aldrich comme Les douze salopards, mais montre de belles qualités populaires. En ce qui concerne notre propos, on y voit Burt Reynolds conduire un coupé au look incroyable, la SM. Dans une belle scène de poursuite, on voit que la SM en avait sous le capot. Citroën ne l'a produite qu'entre 1970 et 1975 sur le segment de la voiture sportive haut de gamme. Le footballeur Johan Cruiff ou le chanteur des Kinks, Ray Davies en étaient de fervents admirateurs. Daniel Craig pense même que la SM était la seule à pouvoir rivaliser avec l'Aston Martin de James Bond.

La Traction Avant Indiana Jones et la dernière croisade 1989 Steven Spielberg

Citroën une marque centenaire qui a marqué le cinéma : La 2CV du Corniaud ; la DS des Valseuses ; la Traction Avant d'Indiana Jones ; le Type H des Triplettes de Belleville ; La SM de Burt Reynolds.

Dans ce troisième volet des aventures d'Indiana Jones, le célèbre archéologue mène sa chasse aux trésors, en l’occurrence, le Saint Graal en compagnie de son père. Comme dans le premier épisode, Indy est opposé à de redoutables mercenaires nazis. Une partie de l'intrigue se déroule en Europe, notamment en Italie et en Autriche en 1938. Il n'est donc pas étonnant de voir Harrison Ford conduire une Traction Avant cabriolet avec Sean Connery à ses côtés pour tenter d'échapper à un avion. Car la Traction Avant, produite par Citroën de 1934 à 1957, doit sa notoriété à la Seconde Guerre Mondiale. Tout d'abord réquisitionnée par la Gestapo allemande, elle deviendra le véhicule de la Résistance française. Après-guerre, elle est la voiture des classes moyennes qui peuvent désormais s'acheter une voiture. Elle était aussi le véhicule prisé des gangsters pour sa tenue de route exemplaire.

Le type H Les triplettes de Belleville 2003, Sylvain Chomet

Citroën une marque centenaire qui a marqué le cinéma : La 2CV du Corniaud ; la DS des Valseuses ; la Traction Avant d'Indiana Jones ; le Type H des Triplettes de Belleville ; La SM de Burt Reynolds.

Ce film d'animation est un vrai manifeste pour le design et le mode de vie des années d'après-guerre. De Charles Trenet à Jacques Tati, le film revisite cet esprit français avec en point d'orgue le Tour de France. Madame Souza y encourage son petit-fils, coureur cycliste, en le suivant dans un fourgon Type H qui se trouve en queue de peloton. Avec sa carrosserie en tôle ondulée, le type H est également un symbole de l'industrie automobile française. Il fut longtemps le panier à salade de la Police Nationale et le véhicule de prédilection des commerçants ambulants. Sa production démarra en 1948 pour s'achever en 1981 avec 500 000 unités fabriquées. Comme la 2 CV, ses utilisateurs louaient sa solidité, sa simplicité et son ergonomie. Le Type H était également novateur, en étant l'un des premiers véhicules de série muni d'une porte coulissante.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article