Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Philippe LENOIR

Oasis, la réunion impossible de Liam et Noël Gallagher

Un tweet de Liam Gallagher a échauffé les fans d'Oasis, celui-ci se proposant de devenir Premier Ministre d'un royaume en crise à cause du Brexit. Une boutade car à la question de savoir quelle serait sa première décision s'il avait le pouvoir, le chanteur a répondu : « reformer Oasis ». Ce n'est pas la première fois que Liam Gallagher fait un appel public à son frère Noël pour ressusciter l'un des derniers grand groupe de l'histoire du rock. Une séparation qui célèbre, si l'on peut dire, ses dix ans et qui s'est déroulée dans les coulisses du festival Rock en Seine en août 2009. A chaque fois, Noël Gallagher donne une fin de non-recevoir à son frangin dans une sorte de détestation mortifère. Car en solo, les frères Gallagher n'ont jamais vraiment réussi à renouer avec l'alchimie quasi-magique d'Oasis qui, dans les années 90, a sorti l'un des albums les plus importants de la pop-music.

Différend artistique

Il s'agit de leur second disque intitulé (What's the story) Morning Glory qui contient les deux titres les plus emblématique du groupe de Manchester : Wonderwall et Don't look back in anger. Deux monuments de ce qu'on appelait à l'époque la Brit-Pop, mais qui dépassaient largement ce cadre pour s'imposer comme des classiques rivalisant avec les chefs-d’œuvre des Beatles. Et c'est sans doute là que se situent malheureusement les embrouilles entre les frères Gallagher plutôt que dans leurs innombrables disputes et bagarres alcoolisées pour les filles, l'argent ou la drogue. Il faut dire que les deux hommes ont toujours fait en sorte que leur rivalité s'étale en place publique, mais dans le fond rarement pour exprimer leur exaspérante séparation. Ce différend artistique pour savoir qui était l'âme du groupe, son chanteur interprète ou son guitariste compositeur.

L'alchimie des deux talents

Les fans du groupe ont tous un avis sur la question, mais préfèrent l'éluder en soutenant que c'est l'alchimie des deux talents qui a fait la force d'Oasis. C'est sans doute vrai, mais de toute évidence, ça ne semble pas suffisant à réconcilier les deux pires têtes de mule du royaume. Et on en revient à Wonderwall et Don't look back in anger, les deux incontournables tubes d'Oasis, les deux seuls qui franchissent les années pour s'inscrire en lettres d'or dans l'histoire du rock. Les deux titres sont écrits et composés par Noël Gallagher qui trouvent, dans les deux cas, des mélodies et des refrains qui transforment des chansons en diamants purs de la pop culture. Le guitariste décidera de chanter Don't look back in anger, tandis que c'est Liam Gallagher qui interprétera Wonderwall.

Injustice artistique

Et c'est bien la déclamation gutturale et puissante de Liam qui emporte la mise, renforcée sur scène par son attitude figée, son regard neutre et son absence d'émotions. L'interprète pur personnifie mieux l'âme rock d'Oasis que le musicien expressif qui a créé la chanson. Encore aujourd'hui, Don't look back in anger, sans doute meilleure chanson que Wonderwall, ne possède pas ce supplément d'âme qui faisait d'Oasis l'un des plus grands groupes du monde. Vous vous demandez si c'est injuste. A la vérité, c'est tellement évident que cette injustice, à ce jour, empêche toute réunion d'Oasis, malgré la fortune que pourrait générer un tel événement pour les deux. Car en dépit de leur réputation de lads mancuniens mal léchés, les frères Gallagher restent des artistes à l'intégrité intacte.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article